You are currently viewing Massages traditionnels, mais jusqu’où ?

Massages traditionnels, mais jusqu’où ?

Qu'est-ce qu'un massage traditionel?

Dernièrement j’ai remis en question ma pratique, en me demandant si j’étais légitime de proposer des massages de traditions asiatiques. Où commence le moment où je copie bêtement une culture ? Et celui où je dévie de cette coutume ?  

Les différences culturelles. 

J’utilise principalement la tradition thaïlandaise et indienne des massages, car j’ai appris dans ces pays. Je me suis imprégnée de la culture de ces massages. De ce que j’ai pu constater, nos rapports au corps et la connaissance que nous avons de nous, sont différents. Les pratiques comme le yoga, la méditation, le Qi-Gong, le Taï chi… sont courantes en Asie. Le massage fait partie de leur ADN, ils.elles massent et se font masser depuis l’enfance.  Selon la philosophie asiatique, lorsqu’il y a une douleur, c’est qu’il y a un blocage, donc le.la masseur.se va chercher à le dénouer par des pressions directement sur la tension . En France, notre habitude est de calmer la douleur, plutôt que d’aller au cœur de celle-ci. Même si les mentalités évoluent, en comparaison de ces traditions millénaires du massage, c’est tout nouveau pour nous. Rappelons-nous que le massage à commencé à se développé au 19ème siècle en Europe, en même temps que l’industrie du sport, grâce à Henrick Ling, créateur du massage Suédois. 

Nos modes de vie sont aussi différents. Nos systèmes musculaires ne sont pas développés de la même manière. Nous passons beaucoup de temps assis.e.s sur une chaise, et plus rarement au sol, et d’ailleurs notre corps fatigue rapidement puisque nous ne sommes pas habitué.e.s à mobiliser nos muscles de cette manière. Je prends cet exemple, car lorsque je me suis formée en Thaïlande, au sol, cela à été douloureux de m’adapter, et frustrant quand je voyais leur aisance au sol. 

Plus que les différences, je cherche à souligner les spécificités de chacun.e.s. Il me semble plus judicieux d’adapter ces techniques à nos besoins, plutôt que de les appliquer sur des corps qui n’y sont pas habitués. De plus, serais-je capable de faire comme eux.elles ?

Ma pratique du massage bien-être

Je me suis formée en Thaïlande et en Inde, mais je ne suis ni thaïlandaise, ni indienne, je ne masserais donc pas comme eux.elles, mais comme une française curieuse qui a appris dans différentes écoles. Je connais la puissance des mains thaïlandaises ou indiennes, et en toute humilité, je dois avouer que je ne pense pas que je l’aurais un jour. Comme je vous l’écrivais précedemment, le massage fait partie de leur ADN, ce qui n’est pas mon cas. Je me suis aperçu il y a une dizaine d’années que toucher quelqu’un.e n’était pas anodin, et de l’intérêt du massage. Certes je me suis formée en Asie, mais j’ai mes filtres culturels français, et personnels. Ma main et ma sensibilité se sont développées, et continuent de le faire au contact de corps français (essentiellement). 

En rentrant de mes voyages, j’avais l’impression d’être dépositaire d’un savoir très précieux. J’ai fais le choix de le respecter, de m’en nourrir, et de me l’approprier. Je ne fais pas de prière Bouddhiste avant un massage comme on me l’a appris en Thaïlande, ce n’est pas ma religion, j’ai mon rituel pour me mettre dans l’état d’esprit du massage. Je masse des hommes, contrairement aux indiennes, puisque le rapport hommes-femmes n’est pas le même… Je choisis de transmettre ce qui me semble être l’essence de la tradition du massage d’Asie, les techniques qu’on m’a apprise, l’écoute autant pour mon.ma massé.e que pour moi, la puissance: savant mélange de douceur, lenteur et respiration plutôt que la force. 

Finalement, le point d’équilibre de ma pratique se résume à la combinaison des spécificités des massages ancestraux d’Asie, des besoins du de.la massé.e, et de ma subjectivité. 

Cela vous a donné envie de vous faire masser:

Sinon, vous pouvez suivremes divagations sur les réseaux sociaux:

close

NUAD prend fin le 17 décembre 2022

NUAD c'était très enrichissant, mais désormais j'ai envie d'autre chose.

J'espère avoir honoré l'objectif que je m'étais fixé: vous aider à préserver votre bien-être.

D'ici le 17 décembre nous avons encore du temps. Vous pouvez toujours prendre RDV au 06.58.21.21.85, ou en utilisant le bouton ci-dessous.

À bientôt !

Laëtitia